«

»

Août 19

Journée mondiale du cerf-volant sur un nid d’aigles

Pour cette première journée mondiale du cerf-volant nous avons cherché une initiative dans l’Hérault…RIEN ! Sur la toile et sur les réseaux.

C’est donc en catimini et en petit comité que nous nous sommes associés à cet événement, parait-il mondial…

Nous avons préféré un nid d’aigles plutôt que les plages surchargées du Languedoc.

Après 1h de grDSCN5458impette par 33° à l’ombre sur un éboulis à 33% de pente, au moins, nous sommes arrivés au pied de la forteresse* imprenable et certainement jamais prise en photo depuis un cerf-volant.

L’envol du rokkaku de 2m2 relève du rock en roll aérologique, un soaring monstrueux qui s’élève à la verticale de la plate forme de 3m2 qui nous sert de terrain d’envol. Pas le droit au faux pas sur une crête ouverte sur le vide de part et d’autre.

Notre cerf-volant fera 2 loopings, volera sur le dos avant un piqué, rétabli par miracle, à moins de 10m des arbres en contrebas du précipice. A 100m au dessus du rocher le vent est enfin laminaire. Nous gardons un œil attentif car l’école de vol à voile du Pic St Loup est à moins de 5km et les planeurs flirtent avec les crêtes au dessus de nous.

Nous shooterons quDSCN5462elques photos rapidement et nous répondrons à la curiosité d’une poignée de randonneurs intrigués.

Rien de spectaculaire pour cette journée spéciale. Nous ne publierons pas de photos de cerf-volant. Seul ce qu’a vu notre cerf-volant, perché au dessus d’un lieu emblématique de notre région, vous est livré ici. Quelque part nous nous disons que c’est peut être la première fois que ce lieu et ces ruines sont survolées par des cerfs-volistes un peu fous.

Mais quelque part tous les cerfs-volistes qui ont participé à ces journées ne partagent-ils pas cette douce folie.

A notre époque construire, faire voler un cerf-volant seul, à deux ou en groupe est une folie douce. Comme chacun sait, faire voler un cerf-volant, aujourd’hui, ça ne sert à rien, ça ne rapporte rien, c’est complètement inutile …

DSCN5491DSCN5510 Aujourd’hui avec quelques milliers de cerfs-volistes dans le monde nous avons entretenu fièrement cette folie, car, vivre et rêver est une folie…Vive la folie ! vive les cerfs-volants !

 


*Pour la petite histoire :

Le château est situé sur la crête sud de l’Hortus surplombant de plus de 200 m la vallée qui sépare ce massif du Pic Saint Loup, il avait vocation de défense et d’habitation. La première mention du site date de 1130, elle a pour objet l’hommage pour la terre et le château de la Rouquette, fief du comte de Melgueil. Au début du XIIIe siècle, c’est Guillaume de Pian, chevalier, qui possède le château, qu’il veut faire reconstruire. En 1459, la demeure est vendue à Antoine de Lautrec. Au XVIe siècle, l’édifice est en ruine, à cette époque la seigneurie appartient à Claude Vabre, puis passe à Henri de Roquefeuil en 1530. Au XVIIe siècle, la lecture d’un dénombrement de la baronnie de la Roquette, nous apprend qu’elle consiste en un vieux château ruiné, inhabitable. En 1658, la baronnie est érigée en marquisat. Un nouveau château est bâti. Jean-Baptiste Raimon de Pavée est marquis de Villevieille de la Roquette en 1749…