«

»

Jan 25

NICOLAS CHORIER

nico4Ce matin 50 gamins d’une école de Montpellier ont applaudi spontanément la fin de la vidéo incluse dans un PPS et présentant la démarche aérophotographique de Nicolas Chorier.

La sincérité d’un jugement reste le privilège des enfants. Leur spontanéité, leur innocence font reconnaitre ceux qui leur ressemblent et qui sont des êtres d’exception. C’est un privilège de croiser le chemin de ces personnages hors du temps et des modes…j’ai eu ce privilège là, quelle chance !

Nicolas est un parfait autodidacte. Le cerf-volant, la photo, l’aérophotographie… furent des domaines étrangers à conquérir, lui que ne se destinait à aucun métier en particulier. Et c’est bien là tout le talent de cet artiste.

Point d’idées reçus ni  d’aprioris.

Point d’académisme poussiéreux

Point de mentors ou de coach bridant la créativité sans frontières de Nicolas.

Point de sélectivité dans son regard sur le monde et les gens….

taj-mahal_1699789cNicolas aime les gens et c’est cette faculté à écouter, à rencontrer, à partager avec humilité qui en fait un « oeil » aiguisé. Nicolas Chorier voit des choses sans les voir et que beaucoup d’entre nous ne volent plus ou ne verront jamais.

Nicolas a du être un gypaète ou un aigle royal dans une autre vie. Depuis sa nacelle,  suspendue a son cerf-volant,  je crois bien que le retour vidéo qu’il utilise à l’occasion est bien superflu.

L’Inde ne s’y est pas trompée…

Un jour il me disait « Michel , j’ai mis jusqu’à mon dernier centime pour éditer mon premier livre aux édition Lamartinière, si je me plante je suis ruiné… ». La première édition fut épuisée en quelques semaines, les diplomates, les organismes de tourisme et les maradhjas se sont arraché ce livre en langue anglaise (En vol au dessus de l’Inde).

kalari2Dans la lignée d’Arthur Batut de Labruguiére qui ouvrait la voie aérophotographique en 1888, Nicolas honore le cerf-volant et la photo. Comment ne pas avoir l’arrière pensée qu’une fois de plus nous avons laissé échapper un immense talent et que notre riche pays laisse partir ses enfants prodiges vers d’autres horizons plus accueillants et parfois bien moins argentés (la richesse n’est pas toujours là où on croit). C’est l’Inde et Pondichéri qui sont, depuis 2009, la nouvelle patrie professionnelle de Nicolas. Il faut croire que c’est aussi sa patrie de cœur car il y a implanté toute sa famille pour partager cette aventure.

Aujourd’hui Nicolas nous manque et manque au cerf-volant en France ,mais,  les échos de son travail et de son talent n’ont plus de frontières désormais.

Nicolas Chorrier est avant tout citoyen du monde et son exemple est à méditer pour garder l’espérance envers et contre tout  dans cette époque chaotique.


Nicolas Chorier par MickeyKuyo