Les 9 écluses de Fonsérane

KAP okmistral (7)La seconde sortie aérophotographique avec une cible de choix classée au patrimoine de l’humanité : le canal du Midi.

Des conditions anticycloniques avec un vent de 1 à 3 Beaufort.

Deux systèmes de prises de vue : l’un radiocommandé et l’autre mécanique automatique et aléatoire (la nacelle tournebroche de Michel).

Prises de vues de 50 à 150 m d’altitude.

Photos Selim  et Michel

Nous avons rencontré certaines difficultés dans la mise en vol des porteurs, un Rokkaku pour Sélim et un Delta Conyne F8 pour Michel.

Le terrain des écluses fort accidenté et entouré d’arbres nous a obligé à plusieurs essais et déplacements pour trouver le recul nécessaire à un envol en vent relatif. Après la couche des 50m le vent était laminaire et régulier.

Pour le reportage du passage du Libron et du Pont Canal face à la cathédrale de Béziers nous devrons reporter l’opération faute de vent. Une très belle journée au final, de belles rencontres avec les promeneurs et touristes (déjà) surpris et intrigués par notre manège et les cerfs-volants.

Un pique nique dans un magnifique environnement au Moulin de Lespignan au pied du décollage et des aterros de vol libre face à la mer et aux plages de Vendres.

Un beau moment d’amitié et de cerf-volant en compagnie d’Andrée du club Images de Montpellier.

A bisser !

La cité de Carcassonne

ob_0f880d_carcassonne-vu-par-cerf-volant-bruno-pantel-04-20Au départ nous étions parti sur le projet d’une rencontre conviviale de club dans un gite de groupe prés de Carcassonne. L’idée de se retrouver et d’associer cerfs-volants, photos, bonne table et tourisme avait séduit nos bénévoles impliqués dans la vie du club depuis plus de 20 ans.

Quelques semaines avant la réalisation de ce projet , France télévision avait pris contact avec nous par l’entremise d’un journaliste de l’émission « des racines et des ailes ». Après plusieurs échanges par courriels et par téléphone avec tous les aérophotographes du club, la chaine nous avait confirmé sa venue pour filmer une autre approche de la photographie par des passionnés de cerfs-volants.

Alors que nous nous préparions à ce challenge, France 3 a décommandé ce reportage sous prétexte que Carcassonne avait suffisamment été filmée et photographiée. Il semble donc que la motivation de la programmation était de privilégier les pierres plutôt que les gens…soit !.

Après avoir digéré la déception, nous avons abordé ce WE dans la détente et l’envie d’en découdre au dessus de ce site fabuleux de la cité inscrite au patrimoine de l’humanité.

Nous avons tout affronté par ce printemps qui n’en est pas un dans le ciel de Carcassonne chaotique : ombres et lumières hivernales, vent d’Autan force 7, turbulences, froid puis chaleur, soleil, gros cumulus … rien n’a arrêté Bruno et sa Compagne , Selim, Christian, Delphine, Frédéric, Michel, Ali, Geneviève, Isabelle, Dominique, Murielle, Sophie… qui ont arpenté les contreforts des fortifications et la cité en tous sens.

Si l’aventure n’a pas motivé France télévision, le spectacle a intrigué les centaines de visiteurs de la cité, se demandant à quelles acrobaties nous nous livrions en luttant sur des cordes tendues à plus de 30 kg, arque boutés et sanglés comme des alpinistes pour promener nos cerfs-volants et nos nacelles robotisées ou radio commandées à plus de 100m au dessus de la ville.

Nous avons partagé de nombreux contacts avec les touristes et les autochtones, qui sont venus à notre rencontre pour comprendre, questionner et regarder les prises de vues à différentes altitudes. Plusieurs Carcassonnais nous ont déclaré que jamais il n’avaient vu leur cité sous cet angle. Les albums que nous mettons en ligne en disent long sur la qualité du sujet et de notre moyen empirique d’investigation.

Cette fois encore, par des conditions météo très difficiles, nous avons fait la preuve que le cerf volant vaut largement un drone qui se serait fracassé ou un hélico qui aurait ruiné en une heure le budget annuel de notre club.

Nous ne serons jamais des stars audiovisuelles mais quel pied nous avons pris dans l’intimité de notre groupe d’amis passionnés de vent,de cerfs-volants, de découvertes et d’aventures collectives.

Une expérience à renouveler, il y a tant de sites sublimes à découvrir vus du ciel dans notre beau pays de France.

Michel SOLIN et Jean Pierre OLIVE

Michel-solin J-P.-O-C’est un tandem que nous avons choisi de distinguer pour ce dernier mois de l’année 2010. Peut être  inconsciemment mais un choix spontané, en tous cas, qui va dans le sens des grandes orientations fédérales pour le cerf-volant et qui privilégie la transmission des savoirs et le renouvellement de cette activité millénaire par le biais éducatif.

Les deux personnages qui sont mis à l’honneur, car ce sont de vrais personnages au pays de Pagnol,  ont,  pour l’un un look à la Hubert Reeves  (et probablement une bonne part de l’intelligence et de la culture de cet illustre astrophysicien),  et pour le second un aura de sérénité , d’humilité et de modération, qui,  tout en imposant le respect,  nous cache bien une brulante passion pour le vent, pour tout ce qui vole et pour la pédagogie du concret.

dessin-Michel-Sollin--2- Michel Solin, professeur de physique et de mathématiques à Marseille , et, Jean Pierre Olive instituteur au pied de Garlaban (à l’ouest) et de la Sainte-Baume (à l’est)  font partie de ces acteurs silencieux  et- modestes qui ont posé les fondements du renouveau cerf-voliste en France depuis plus de 30 ans. Bien avant l’intégration du cerf-volant dans la Fédération Française de Vol libre par G érard Blandin (Présid ent fondateur de la FFVL),    Michel et Jean Pierre utilisaient le cerf-volant comme outil pédagogique  dans leurs établissements respectifs.

 Au delà de l’action fédératrice « avant l’heure », que ces deux personnages ont eu sur le mouvement cerf-voliste naissant ( il y a  déjà 25 ans), au delà de la création tableau-honneur-0244du plus ancien festival du sud sur les plages du Prado à Marseille , dont ils sont toujours l’âme discrète et agissante,  au delà de leur créativité  respectueuse   des cultures ou de leur inventivité poétique à émouvoir les plus blasés… c’est encore une fois la générosité et le sens du partage que nous avons voulu mettre en avant dans cette rubrique.

Aujourd’hui leurs expériences et leurs enseignements servent aux bases de la réflexion en terme de formation et de projets éducatifs mis en œuvre par les formateurs et moniteurs de notre fédération.

Michel et Jean Pierre ont malgré eux gagné leur part « d’éternité », le dessin-Michel-Sollin--1-transfert de leur savoir se perpétue maintenant à travers les  nouvelles générations dans l’hexagone en entretenant  cette chaine culturelle ininterrompue de puis plus de 8000 ans.

Le plus vieil objet volant,  issue   du génie humain,  est toujours bien vivant grâce à des acteurs altruistes, humanistes et modestes de leur trempe… trois qualités qu’ils ont en commun et qui se situent aux antipodes des modèles proposés à nos sociétés « modernes ».

 Merci à Michel et à Jean Pierre pour cette alternative qu’ils nous proposent et pour l’exemple si rafraichissant qu’ils représentent.

 MT

NICOLAS CHORIER

nico4Ce matin 50 gamins d’une école de Montpellier ont applaudi spontanément la fin de la vidéo incluse dans un PPS et présentant la démarche aérophotographique de Nicolas Chorier.

La sincérité d’un jugement reste le privilège des enfants. Leur spontanéité, leur innocence font reconnaitre ceux qui leur ressemblent et qui sont des êtres d’exception. C’est un privilège de croiser le chemin de ces personnages hors du temps et des modes…j’ai eu ce privilège là, quelle chance !

Nicolas est un parfait autodidacte. Le cerf-volant, la photo, l’aérophotographie… furent des domaines étrangers à conquérir, lui que ne se destinait à aucun métier en particulier. Et c’est bien là tout le talent de cet artiste.

Point d’idées reçus ni  d’aprioris.

Point d’académisme poussiéreux

Point de mentors ou de coach bridant la créativité sans frontières de Nicolas.

Point de sélectivité dans son regard sur le monde et les gens….

taj-mahal_1699789cNicolas aime les gens et c’est cette faculté à écouter, à rencontrer, à partager avec humilité qui en fait un « oeil » aiguisé. Nicolas Chorier voit des choses sans les voir et que beaucoup d’entre nous ne volent plus ou ne verront jamais.

Nicolas a du être un gypaète ou un aigle royal dans une autre vie. Depuis sa nacelle,  suspendue a son cerf-volant,  je crois bien que le retour vidéo qu’il utilise à l’occasion est bien superflu.

L’Inde ne s’y est pas trompée…

Un jour il me disait « Michel , j’ai mis jusqu’à mon dernier centime pour éditer mon premier livre aux édition Lamartinière, si je me plante je suis ruiné… ». La première édition fut épuisée en quelques semaines, les diplomates, les organismes de tourisme et les maradhjas se sont arraché ce livre en langue anglaise (En vol au dessus de l’Inde).

kalari2Dans la lignée d’Arthur Batut de Labruguiére qui ouvrait la voie aérophotographique en 1888, Nicolas honore le cerf-volant et la photo. Comment ne pas avoir l’arrière pensée qu’une fois de plus nous avons laissé échapper un immense talent et que notre riche pays laisse partir ses enfants prodiges vers d’autres horizons plus accueillants et parfois bien moins argentés (la richesse n’est pas toujours là où on croit). C’est l’Inde et Pondichéri qui sont, depuis 2009, la nouvelle patrie professionnelle de Nicolas. Il faut croire que c’est aussi sa patrie de cœur car il y a implanté toute sa famille pour partager cette aventure.

Aujourd’hui Nicolas nous manque et manque au cerf-volant en France ,mais,  les échos de son travail et de son talent n’ont plus de frontières désormais.

Nicolas Chorrier est avant tout citoyen du monde et son exemple est à méditer pour garder l’espérance envers et contre tout  dans cette époque chaotique.


Nicolas Chorier par MickeyKuyo

Charlie Bily : le globe-voleur

tableau-honneur-5695 Parti en 1984, Il a relié Rennes à Pékin en vélo…en passant par l’ex URSS et le Japon.

Il est entré via Hong kong dans la Chine de Deng Xiaoping  qui venait de s’ouvrir aux voyageurs individuels, il s’est fondu dans la population pendant 6 mois, histoire de vivre une aventure authentique.

Il a traversé la Chine du sud au nord en train et en vélo et a enfin rencontré le cerf-volant à Weifang en 1985 ! juste avant d’être expulsé par la police de l’immigration .

Non vous n’êtes pas sur un remake du Paris Pékin de votre émission de télé réalité préférée… vous découvrez simplement  une facette aventureuse d’un personnage exceptionnel par son talent, sa gentillesse et sa discrétion. Charles Bily , alias Charlie,  fait partie des artisans cerfs-volistes de l’hexagone qui ont contaminé quelques milliers de nos contemporains de tous âges au bonheur de construire et de faire voler un cerf-volant.

Charlie en autodidacte a fait tous les métiers ou presque, maçonnerie, charpente et électricité, sculpture et peinture,  arts graphiques, animation et formation…etc.

ZOOM1EN_CHINEDepuis plus de 20 ans Charlie construit, partage, pilote, vit de son art volant. Rares sont ceux qui connaissent intimement ce personnage si talentueux et si attachant.

Charlie s’implique depuis plusieurs années aux côtés des cadres de la Fédération Française de Vol Libre ayant en charge la formation des initiateurs de clubs et des professionnels souhaitant intégrer les activités cerfs-volants dans leur cursus. C’est un pédagogue accompli toujours connecté au réel et aux acquis de ses expériences avec les populations de quartiers sensibles et les publics touchés par le handicap.

A St Brieuc il mène depuis 3 ans une action en ZUS (zone urbaine sensible). Autour du cerf-volant il réussit le tour de force de rassembler les parents et leurs enfants autour d’un projet commun de construction de cerfs-volants et de leur envol.  Charles associe les parapentistes du club local à son projet avec des initiations â des gonflages et, cerise sur le gâteau,  un baptême pour tous en fin de projet. Mais une contrepartie est toujours demandée aux participants bénéficiaires de ce projet : « cuisinez nous une spécialité pour le pique nique de clôture, c’est vous qui nous invitez et on espère à notre tour être étonné »…

ZOOM2DSCN3055Une habile démarche qui sort, un instant, tous ces gens d’une assistance récurrente et dégradante. Charlie clôturait toujours ses initiations aux combats de cerfs-volants dans les quartiers par ce lien social du repas partagé … une idée simple et géniale qui aura sans doute apporté bien plus que tous les discours d’intentions dont l’actualité nous abreuve au quotidien.

Quand je vous dis que le cerf-volant n’est qu’un prétexte, c’est la qualité humaine de personnages comme Charlie qui en font un puissant vecteur de paix et de mieux vivre ensemble.

Bravo Charlie !

Ray Bethell

ray-bethellqui ne connait pas Ray Bethell ?

Dans le milieu du cerf-volant et particulièrement celui du pilotage acrobatique, Ray est une figure emblématique. Une sorte d’extraterrestre à la virtuosité insolente et à la jeunesse quasi éternelle.

« Lorsque j’ai connu Ray il avait  76 ans et sur les festivals du Cap d’Agde et de Narbonne sa prestation déclenchait des ovations spontanées de milliers de spectateurs. Ovations que Ray Béthell était dans l’incapacité d’entendre en raison d’une surdité quasi-totale et soudaine quelques mois après son départ en retraite à 67ans. »

Ray Bethel est venu tardivement au cerf-volant après sa perte de l’ouïe.  Délaissant les parterres de fleurs de sa maison dans la banlieue de Vancouver et son autre passion : le jardinage.  Il a commencé le pilotage acrobatique dans le parc public de la ville, puis , rapidement,  pour ne pas connaitre la lassitude,  il a piloté deux cerfs-volants simultanément,  puis trois et jusqu’à  9 cerfs-volants  acrobatiques reliés à sa ceinture et à des poignées fabriquées sur mesures pour cet usage exceptionnel et sans précédents,  à l’époque.

Il a été rapidement repéré par de nombreux badauds du parc , fans de ses ballets aériens,  et, par une agence de publicité qui a aussitôt utilisé son image et sa virtuosité de pilote pour promouvoir un produit. C’est l’étincelle qui déclencha une notoriété quasi planétaire, dans le microcosme cerf-voliste .

ray bethelRay fêtera des 89 printemps le 1er mars 2015, certes il ne parcours plus un million de km chaque année , comme il se plaisait à le dire (je pense qu’il n’exagérait pas), mais il poursuit  toujours ses entrainements assidus à un âge, où,  beaucoup d’entre nous,   auront rejoint le déambulateur et les séries ou les jeux télévisés

Ray est non seulement un pilote hors pair, même si certains détracteurs,  un peu snob , prétendent que ses chorégraphies aériennes sont basiques et répétitives… Pour ma part je suis conquis par le personnage rude comme un bucheron, fort comme un mécano d’engins de travaux publics (ce qu’il était avant ses 67 ans), mais tendre comme la neige du Canada fondant au printemps sous la poussée des perce-neiges. Ray est  admiré de tous parce qu’il a apporté la poésie dans une discipline qui se voulait  essentiellement compétitive. Ray est respecté de tous parce ce qu’il a acquis son expertise de pilote virtuose à force de courage, de persévérance et de pugnacité. Ray est aimé de tous parce que derrière cette « rude montagne » tannée par le soleil de tous les rivages de la planète,  il a su  rester humble et modeste et garder sa bonne humeur communicative sans jamais se laisser enfermer dans le monde du silence.

Ray nous te devions cet hommage, pour l’exemple que tu nous donnes et pour ces belles émotions qui ont marqué tant de mémoires à travers le monde…

Merci et chapeau l’artiste !

EDMOND PIERAZZI

DSCF0057--2-Sa maison est perchée sur un Rocher ou l’on prétend qu’Arthur Rimbault y aurait trouvé quelques inspirations.

Sa maison elle même est un défi : construite pierres après pierres transportées dans une 2CV qui aurait provoqué un infarctus du myocarde au plus blasé des contrôleurs techniques automobiles, suspendue sur un aplomb vertigineux des gorges du Verdon dans un endroit de bout du monde pourtant aux portes de Gréoux , la ville thermale de la Provence… ce lieu hors du commun est le nid d’aigle d’un personnage hors du commun : lui aussi:  Edmond Pierazzi.

Edmond est certes un personnage peu ou pas connu des sphères cerfs-volistes événementielles et internationales mais il fait partie de l’histoire du cerf-volant dans le sud de la France. Il est probable qu’à plus de 80 ans, il soit ou la réincarnation de Pagnol ou un descendant ignoré de Raimu ou de Fernandel.

DSCF0031Comment ne pas se rappeler ses frasques aériennes qui en font une légende vivante : le cyprès « dégommé » à la carabine à sangliers pour récupérer son dernier prototype volant… La procession mariale interrompue par un drôle d’oiseau , jurant en provençal et perché en haut d’un pin parasol sur le chemin du pèlerinage et ayant servi de perchoir à un cerf-volant… Le feu d’artifice perdu en mer au large de Valras après qu’un objet non identifié ai coupé la ligne supportant en vol une plateforme pyrotechnique… la Mercédès découpée par une ligne en kevlar après l’envol d’un prototype « le Pierazzi N° 2035 » sur une route prétendue déserte située en face de son rocher ( le conducteur vivra la plus belle cuite et la plus belle amitié de sa vie après cet accident cerf-voliste heureusement sans conséquences….).

Malgré les coupures et les blessures cerfs-volistes d’Edmond, malgré les lignes électriques (jusqu’à 100 000 volts) transformées en arbres de noël, malgré les ciels vidés de cerfs-volants après le passage de Momo seul survivant céleste des fêtes du sud… il est impossible de détester ce « Gaston » inventif, gaffeur et incroyablement coloré par sa Provence natale.

ali039Edmond invente toujours des cerfs-volants qu’il partage avec les enfants de son village ou qu’il fait voler depuis un abri (du soleil) co construit dans le seul endroit dégagé de son jardin : sa piste de décollage. Edmond est toujours le seul (au monde) à faire la sieste en cet endroit en ayant attaché un cerf-volant à son gros orteil et qui se réveille quand le vent faiblit.

Comment ne pas aimer un tel personnage toujours prompt à vous accueillir et à vous proposer les meilleures pizzas du monde qu’il réalisait dans son ancien restaurant suspendu au dessus des gorges.

Comment ne pas écouter avec tendresse cet homme, hors du temps, qui consacre sa vie à faire aimer sa Provence et son Plateau de Valensole. On prétend, à Gréoux, qu’Edmond sait parler aux cigales et cela lui aura valu la récompense  suprême des conteurs provençaux « la cigale d’argent« .

Nous sommes nombreux dans le sud à nous référer historiquement à Edmond Pierazzi , qui depuis l’épopée héroïque de Dunkerque, il y a plus de 22 ans,  illumine d’une incroyable jeunesse nos souvenirs et nos vies de cerfs-volistes.

Edmond le talentueux et génial conteur cerf-voliste fut aussi le premier vainqueur du trophée de France monofil. Une compétition qui récompensait , à l’époque, la créativité, l’ingéniosité et…. la gentillesse.

Longue vie à Edmond sur terre et dans nos histoires cerfs-volistes.

Stéphane Blanco : l’altruiste volant

stéphane BlancoLorsque ma route a croisé celle de Stéphane Blanco, prof de maths au lycée de Sète,  il y a 12 ans, jamais, je n’aurais imaginé les conséquences après avoir semè cette petite graine de  passion du vent et des cerfs-volants chez quelques gamins de SECPA, au lycée Joliot Curie de Sète.

Stéphane est un homme entier, sans détours ni concessions sur la sincérité et la générosité des rapports humains. Cela lui joue parfois quelques mauvais tours . Grande gueule,  capable de révoltes et d’emportements contre les injustices et les bassesses de notre époque, il ne plait pas forcément à tout le monde. Mais Stéphane c’est aussi et surtout une boule d’énergie incroyablement contaminante.

Je revois nos tâtonnements pour créer ce cerf-volant  de secours (CARN’System)  testé sur une barque au moteur en rade au milieu de l’étang de Thau. Et ce champion kayakiste déjanté, venu de Normandie,  qui avait accepté d’embarquer, par une Méditerranée démontée et une Tramontane  force 8, avec notre N’nième proto . J’ai encore en images et odeurs les quelques heures passées sur le grand Catamaran Delta Voiles de Michel Mante, au large de Palavas sur une mer d’huile, cette fois, pour une démonstration des capacités tractives de notre engin volant (pas très probant ce jour là…).

DSCF0055Stéphane apprend vite  et ne s’embarrasse pas de spéculations quand il entreprend. Un jour de juin 2002, je crois, Stéphane m’a déclaré:  » je plaque mon métier d’enseignant et je pars à la Rochelle pour construire un bateau à cerf-volant ». Là, où le commun des mortels trouverait 100 000 raisons de rester raisonnable , Stéphane , lui, a foncé tête baissée… Dépôt d’un brevet, vente de son appartement de Sète (pour les premiers investissements) , partenariats avec l’IUT, création d’une micro entreprise, réseau, prototypes, communication , salons…. galères… succès…. échecs…. re-succès…re-échecs… la routine des créateurs d’entreprises !.

Alors oui il est vrai que Stéphane est impatient et que si la reconnaissance se fait attendre, si son réseau tarde à réagir,  il se s’attarde jamais, poursuit  son action avec d’autres et n’hésite pas à modifier ses objectifs et ses domaines d’investigations.

Le bateau à cerf-volant existe bien, mais le milieu de la voile reste condescendant, quand à la fédération de vol libre, son Président s’est intéressé au dernier salon  du nautisme à cette démarche, mais le concept est si novateur si marginal qu’il ne peut s’intégrer, pour l’instant, dans les activités sportives de glisse du vol libre.

Alors Stéphane à décidé d’offrir aux plus démunis son innovation et son idée, non pas par dépit mais par humanisme. En France il semble que ce genre d’idée n’intéresse personne, au Sénégal l’idée vient de faire un carton !

Déjà, le cerf-volant de Stéphane avait sauvé la vie d’un kayakiste solitaire en perdition au milieu de l’Atlantique, demain ce sont des centaines de pêcheurs africains qui reviendront sains et saufs à terre.  Bientôt nous n’aurons peut -être plus les moyens de remplir les réservoirs de nos béquilles motorisées nautiques ou terrestres, au Sénégal et ailleurs les plus humbles de nos contemporains  auront maitrisé le vent pour se moquer de nos pénuries… et si c’était eux qui étaient en avance ?.

Stéphane Blanco avec sa gouaille et son utopisme raisonné (un paradoxe), nous donne une belle leçon de courage, de pugnacité et de générosité. C’est un bol d’air frais qu’il serait bon de voir circuler sur nos activités cerfs-volistes passablement assoupies après des débuts si prometteurs il y a justement 12 ans : jour de la naissance cerf-voliste de Stéphane.

Bon vent à toi, mon frère du vent!

Michel

Le cerf-volant en ZUS

1271394641 Le cerf-volant s’invite dans un centre de loisir jeune de la police nationale à Montpellier . C’est une démarche méconnue du grand public qui place les fonctionnaires de la sécurité publique  comme éducateurs et animateurs sociaux dans le cadre des projets éducatifs locaux en zones sensibles.

Le club OK Mistral, associé depuis plusieurs années à la tournée d’été d’Hérault sport qui permet chaque saison,  d’initier au cerf-volant plus de 600 jeunes,  a été sollicité par le Conseil Général et la structure Hérault sport pour engager un projet cerf-volant sur le quartier « La Paillade » à Montpellier.

Ce projet méritait d’être signalé à plusieurs titres :

  • Un projet de création « City’ART graffiti » sur un cerf-volant de 150m2
  • Une mise en valeur de la création cerf-voliste des jeunes dans le cadre de l’inauguration des archives départementales , un complexe architectural exceptionnel implanté au cœur de la Paillade : PIERRES VIVES.
  • Un accompagnement des jeunes pour la manipulation et la mise en vol de ce cerf-volant exceptionnel lors des activité5405408042_8e53abdbacs d’été sur la base nautique de Villeneuve les Maguelone.
  • Une découverte des activités cerfs-volistes en vue de pérenniser nos disciplines sur cette mission éducative locale.

Ce projet sera piloté par les cadres de l’association OK Mistral EFCV (école française de cerf-volant) formés par la FFVL : initiateurs et moniteurs cerf-volant et un moniteur breveté d’état (BPJEPS).

Ce projet a le soutien l’Hérault sport, du conseil général, de la FFVL, de la Ligue Languedoc Roussillon de vol libre, du comité départemental de vol libre, de la mission éducative locale de la PN. La DRJS a aussi été sollicitée, malgré un démarrage tardif du projet qui n’a pas permis de l’intégrer dans le CNDS 2012.

Repeindre le ciel avec les gamins de la paillade

  md0.libe.pailladeLe projet de fresque volante fut initié par Hérault sports et le CD Vol Libre . Ce projet est piloté techniquement   par l’association Héraultaise OK Mistral  en partenariat avec le CLJ de la police nationale et sous la direction artistique du plasticien  de  ‘ART’Eole »

 Témoignage

15 gamins inscrits et volontaires sur le projet de méga tag volant de la Paillade….aujourd’hui , 30 jeunes de 8 à 13 ans  impliqués sur ce projet et déjà prés de 60m2 de tag et de graphes, peints sur l’immense toile centrale de la fresque cerf-volant qui flirtera avec les 150m2.

Que s’est-il donc passé ?

Le football est passé par là avec un trophée qui a fait l’effet d’une bombe d’énergie positive, non seulement sur toute la ville de Montpellier, mais aussi sur le quartier populaire emblématique, vibrant au rythme de la Mosson et de ses joueurs de foot.

Ce matin à l’unan imité des garçons et des filles, qui m’ont fait la demande enthousiaste d’inclure sur le l’un des 18 panneaux de la fresque, l’équipe championne de France.

Aussitôt décidé , aussitôt fait les enfants ont dessiné derrière le rétro-projecteur leur équipe de Héros’ltais avec une ferveur et une application non simulées.

Les enfants n’ont pas tardé à remarquer que l’équipe championne , qui s’étreint de bonheur sur la photo  modèle, est Black/Blanc/Beurre…et moi de leur faire remarquer qu’une équipe semblable avant la naissance de beaucoup d’entre eux avait fait vibrer tout le pays et peut être aussi toute la planète foot.

CLJ-la-paillade-8959Le message a bien été compris sur la réalité du vivre ensemble et la nécessité du bien vivre ensemble , ici, à la Paillade.

Aujourd’hui un jeune de 20 ans, qui a passé 10 ans de vie dans les activités sportives et de loisirs de la CLJ du quartier est venu voir le travail des gamins. En félicitant ses jeunes voisins, il nous a rappelé que c’est dans ce lieu de vie qu’il s’est construit et que son projet de vie a pris forme pour se concrétiser aujourd’hui.

A mon modeste niveau associatif, j’ai pris conscience de toute la responsabilité des leaders et des champions sportifs dans l’image et les valeurs qu’ils véhiculent. avec le magnifique exemple de l’équipe de Montpellier le message éducatif était particulièrement facile à faire passer aujourd’hui.

 Le projet de la grande fresque volante ne m’appartient plus désormais. Les enfants se sont totalement approprié leur création artistique. Ils figureront tous, par leurs portraits stylisés et le tag de leurs noms autour de leurs champions ,sur l’immense cerf- volant.

9f48655256873f1dfaae89329663f5a0Il me prend l’envie de rejoindre leur rêve… et si on faisait voler notre cerf-volant géant sur le toit de Pierre vives et à la Mosson à la mi-temps d’un match…. et si on demandait aux joueurs de grapher notre création… et si on montrait à nos parents et à nos grands frères ce que nous avons réussi à créer ensemble…

Dans le fond ces jeunes la ne sont pas loin de l’équipe championne. Ils ont relevé ensemble un sacré défi et c’est parce qu’il sont ensemble et unis qu’il iront au bout de ce projet.

Les éducateurs de la police nationale, les acteurs associatifs et fédéraux  portent l’immense responsabilité de ne pas décevoir ces jeunes et d’aller au bout du projet. Nous savons que 4cet acte là, qui ne doit pas être manqué, marquera la mémoire de ces enfants et sera peut être une balise d’unité et de solidarité qui clignotera tout au long de leur vie d’adultes en devenir.

Merci aux enfants pour cette bouffée d’enthousiasme et d’énergie qu’ils nous transmettent, merci à nos champions de Montpellier/Paillade pour l’esprit sportif et l’exploit  qui vient aider, malgré eux , tous les projets éducatifs sur le terrain de nos villes et de nos cités.

Load more