«

»

Jan 25

Ray Bethell

ray-bethellqui ne connait pas Ray Bethell ?

Dans le milieu du cerf-volant et particulièrement celui du pilotage acrobatique, Ray est une figure emblématique. Une sorte d’extraterrestre à la virtuosité insolente et à la jeunesse quasi éternelle.

« Lorsque j’ai connu Ray il avait  76 ans et sur les festivals du Cap d’Agde et de Narbonne sa prestation déclenchait des ovations spontanées de milliers de spectateurs. Ovations que Ray Béthell était dans l’incapacité d’entendre en raison d’une surdité quasi-totale et soudaine quelques mois après son départ en retraite à 67ans. »

Ray Bethel est venu tardivement au cerf-volant après sa perte de l’ouïe.  Délaissant les parterres de fleurs de sa maison dans la banlieue de Vancouver et son autre passion : le jardinage.  Il a commencé le pilotage acrobatique dans le parc public de la ville, puis , rapidement,  pour ne pas connaitre la lassitude,  il a piloté deux cerfs-volants simultanément,  puis trois et jusqu’à  9 cerfs-volants  acrobatiques reliés à sa ceinture et à des poignées fabriquées sur mesures pour cet usage exceptionnel et sans précédents,  à l’époque.

Il a été rapidement repéré par de nombreux badauds du parc , fans de ses ballets aériens,  et, par une agence de publicité qui a aussitôt utilisé son image et sa virtuosité de pilote pour promouvoir un produit. C’est l’étincelle qui déclencha une notoriété quasi planétaire, dans le microcosme cerf-voliste .

ray bethelRay fêtera des 89 printemps le 1er mars 2015, certes il ne parcours plus un million de km chaque année , comme il se plaisait à le dire (je pense qu’il n’exagérait pas), mais il poursuit  toujours ses entrainements assidus à un âge, où,  beaucoup d’entre nous,   auront rejoint le déambulateur et les séries ou les jeux télévisés

Ray est non seulement un pilote hors pair, même si certains détracteurs,  un peu snob , prétendent que ses chorégraphies aériennes sont basiques et répétitives… Pour ma part je suis conquis par le personnage rude comme un bucheron, fort comme un mécano d’engins de travaux publics (ce qu’il était avant ses 67 ans), mais tendre comme la neige du Canada fondant au printemps sous la poussée des perce-neiges. Ray est  admiré de tous parce qu’il a apporté la poésie dans une discipline qui se voulait  essentiellement compétitive. Ray est respecté de tous parce ce qu’il a acquis son expertise de pilote virtuose à force de courage, de persévérance et de pugnacité. Ray est aimé de tous parce que derrière cette « rude montagne » tannée par le soleil de tous les rivages de la planète,  il a su  rester humble et modeste et garder sa bonne humeur communicative sans jamais se laisser enfermer dans le monde du silence.

Ray nous te devions cet hommage, pour l’exemple que tu nous donnes et pour ces belles émotions qui ont marqué tant de mémoires à travers le monde…

Merci et chapeau l’artiste !